contribution marketing

Les dangers de la déduplication

Lors de l’analyse de vos leviers marketing, vous êtes souvent confrontés à devoir rémunérer plusieurs prestataires au CPA pour la même conversion. Il s’agit de leviers liés à l’affiliation, qui peut être des leviers type cashback, codes promo ou plus rarement retargeting. Pour pallier à ce problème, les annonceurs peuvent compter sur la déduplication, une méthode simple qui vise à rémunérer un seul apporteur d’affaire. Cependant, cette méthode est-elle vraiment efficace ?


Il risque en effet d’y avoir quelques dangers, pour peu qu’on applique mal cette méthode. Les annonceurs peuvent, en se trompant d’apporteurs d’affaires arriver à perdre des ventes, voir leur trafic diminuer et même être en conflit avec leurs prestataires.

Qu’est-ce que la déduplication ?

Pour bien comprendre les dangers de la déduplication, il faut comprendre ce qu’est la déduplication. Cette méthode consiste à conditionner la rémunération des leviers marketing au CPA. La déduplication ne s’applique qu’à ces leviers uniquement. Cette méthode de rémunération se base sur la pose de tags. Les annonceurs peuvent dédupliquer selon deux principales méthodes : en temps réel ou à postériori. La déduplication se fait généralement au dernier clic payant. Il existe plusieurs solutions pour faire de la déduplication, comme des TMS (Tag Management System) ou directement via la plateforme d’affiliation.

Quels sont les dangers de la déduplication ?

La déduplication, mal effectuée, peut conduire à des erreurs aux conséquences parfois lourdes pour l’annonceur. Prenons un exemple : vous avez 2 apporteurs d’affaires à la performance qui déclarent tous deux avoir effectué la conversion. Appelons les A et B. B intervient à la fin de votre parcours d’achat, juste après A. Afin de ne pas dépenser pour 2 prestataires au CPA, vous choisissez une méthode de déduplication au dernier clic payant. B est donc celui qui, selon votre règle, obtient rémunération suite à la conversion. Cependant, l’arrêt des rémunérations de A peut entraîner l’arrêt de ses prestations, ce dernier n’ayant plus d’intérêt à vous mettre en avant. Quelles en sont les conséquences pour votre site ?

Diminution du trafic

Ne pas rémunérer le bon apporteur d’affaires peut amener à une diminution du trafic. Le levier générant en plus de la conversion, une visite (sauf cas particuliers). Ainsi, lorsque A ne vous mettra plus en avant, vous perdrez une partie importante de votre trafic issu de ce levier.

Perte de ventes

Rémunérer le mauvais levier au CPA peut également entraîner une perte de vente. Si on reprend notre exemple, A est un apporteur d’affaire vous apportant beaucoup de conversions, mais votre règle étant le dernier clic payant, ce dernier n’est pas rémunéré à hauteur de ses performances. Lorsque A décide suite à ses faibles rémunérations de ne plus vous mettre en avant, vous perdez donc les conversions que ce prestataire pourvoyait.

Risque de désaccord avec les partenaires

Mal dédupliquer peut conduire à un conflit avec vos apporteurs d’affaires. Non content de votre politique de rémunération, ces derniers risquent de montrer leur mécontentement quant à vos décisions, si ces dernières s’avèrent illégitimes. En plus d’entacher vos relations, votre rémunération arbitraire peut également nuire à votre réputation auprès des autres plateformes d’affiliation.

Erreur de tracking = mauvaise déduplication

Bien sûr, la faute n’est pas exclusivement due à une erreur de jugement. Si votre jeu de données est mal configuré et taggué, cela peut conduire à des erreurs de tracking. Qui dit erreurs de tracking dit remontée de données fausses. Cela entraîne donc des erreurs dans votre déduplication, puisque cette dernière sera basée sur des données erronées.

La déduplication est une bonne méthode pour ne pas à avoir à rémunérer plusieurs apporteurs du même type présent dans la même conversion… à condition qu’elle soit correctement effectuée. Car le véritable danger de la déduplication est qu’elle impacte directement la rémunération de vos prestataires et peut donc conduire à de fort désaccord. En effet, si vous touchez à la rémunération, vous impactez directement le chiffre d’affaires de votre prestataire. Il faut aussi se poser la question de savoir si vous êtes plutôt dans une logique de déduplication (problème de rémunération) ou d’attribution (problème de pondération).

Notre livre blanc : « Attribution, déduplication, dans le même bateau ? » vous aide à répondre à ses deux problématiques. Cliquez ici pour en savoir plus.

Les dangers de la déduplication
3.4 (68%) 5 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.