Interview Thibaut Lemay V4 Mazeberry

Interview de Thibaut Lemay

Pour conclure cette série d’articles de présentation de la version 4, nous vous proposons de découvrir l’interview de Thibaut Lemay, fondateur et président de Mazeberry. Avec le lancement de cette nouvelle version, Mazeberry entre dans la 4ème génération de son outil d’analyse du mix-marketing créé en 2011. Thibaut revient sur l’évolution de la solution à travers les différentes versions et la vision de Mazeberry sur l’analyse du mix-marketing.


Lancée en 2011, la solution Mazeberry a beaucoup évolué. Quelle est sa ligne directrice ?

Thibaut Lemay: “Depuis le début du projet Mazeberry en 2010, notre ADN est d’aider les annonceurs à prendre des décisions mesurées et sur ce point, notre métier n’a pas changé en 5 ans.thibaut lemay mazeberry

De la 1ère version à la version précédente, nous proposions principalement de remplacer la seule considération du last-click par une vision multi-channel analytics. Au début, nous ne faisions que de l’attribution et nous nous sommes vite rendu compte des limites de l’attribution face à une prise de décision.

Les différents partis pris imposés par l’attribution seule, qu’elle soit au dernier clic, au premier clic payant, au dernier clic hors marque, au linéaire, au parabolique ou encore algorithmique, ne permettent pas de prendre des décisions mesurées.

zoom-analytics-blog-mazeberryAu fur et à mesure des versions, nous avons optimisé l’outil mais surtout, nous avons rendu disponibles de nouvelles métriques permettant aux annonceurs d’aller plus loin dans l’analyse. En 5 ans, nous avons développé une expertise sur l’analyse post-click mais aussi sur la post-impression et la post-visibilité. Les analyses Mazeberry ne se cantonnent plus à la compréhension des interactions de l’internaute avec les leviers d’acquisition (post-click) car désormais, nous analysons aussi ses expositions aux leviers (post-impression) et proposons l’analyse des leviers réellement perçus par l’internaute (post-visibilité).

Depuis un an, nous travaillons avec quelques clients sur des problématiques omni-channels. Se limiter à une vision site-centric ou ad-centric quand l’essentiel de vos dépenses marketing est hors ligne, peut parfois être frustrant. C’est pour répondre aux besoins de nos clients, à l’image de Cédric Tamboise chez Humanis, que nous avons créé de nouveaux connecteurs DMP et CRM.

Ces expériences nous ont permis de détecter un réel besoin et de poser les bases de la version 4.0. Désormais, il est possible d’analyser des parcours de conversion contenant des interactions on-line et off-line, tel le passage en magasin physique de clients munis d’un dispositif de fidélité ou encore l’envoi d’un SMS ou la réception d’un appel entrant.

Peux-tu nous donner un exemple concret d’analyse possible avec la version 4.0 ?

Thibaut Lemay : “Nous pouvons prendre comme exemple un achat de voiture. Il s’agit d’un processus long avec de multiples points de contact pouvant être répartis sur plusieurs semaines, voire sur plusieurs mois.

parcours-client-blog-mazeberry

Dans le cas ci-dessus, nous avons une personne, Damien, qui débute son parcours d’achat  pour une voiture par une recherche sur un comparateur de prix qui l’amène à faire une simulation tarifaire sur le site du constructeur. Après une relance par email, le prospect est invité par SMS à une journée portes ouvertes à laquelle il se rend et laisse ses coordonnées à un commercial. Il est ensuite contacté par téléphone par l’enseigne afin de connaître l’avancement de son projet, ce dernier lui propose un essai en concession. Damien est ensuite à nouveau contacté par téléphone pour avoir son ressenti sur l’essai réalisé et faire le point sur son projet. Finalement, après un processus de 130 jours, la vente est conclue en concession.

Avec la version 4.0, nous pouvons désormais analyser l’ensemble des points de contact ainsi que leurs interactions afin de répondre aux questions suivantes :

  • Un parcours de conversion démarré sur le web est-il plus performant ?
  • Combien dépense-t-on globalement pour une conversion ?
  • Quel levier est autonome ? Polyvalent ? Initiateur ?
  • Quelle part de mes nouveaux clients ont réalisé un essai en concession?
  • En moyenne, combien d’interactions sont nécessaires pour clôturer une vente après un essai en concession?
  • Quels sont les trois couples les plus présents dans mes parcours de conversion avec succès?
  • etc

Concrètement, comment ça marche?

Thibaut Lemay : “Essentiellement grâce au Smart Data ! On estime que la donnée dont la solution Mazeberry a besoin, est déjà présente chez nos clients et prospects. Nous sommes un acteur du smart data car nous appliquons nos algorithmes et la méthode Mazeberry aux sources Big Data  des entreprises.”

Interview de Thibaut Lemay
5 (100%) 3 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.